lundi 28 mars 2016

Au lieu-dit Noir-Etang - Thomas H.Cook




Quatrième de couverture :


Dans une petite ville de Nouvelle-Angleterre, en 1926, le jeune Henry découvre la relation adultérine qu'entretiennent deux de ses professeurs. La solitude de M. Reed, marié et père de famille, l'intrigue;  tout comme le fascine la beauté et le caractère passionné de Mlle Channing. Henry va être le témoin complice et muet de la tragédie qui se noue au lieu maudit appelé Noir-Etang.


Pourquoi j'ai choisi ce livre:


Rien d'exceptionnel, un jour la couverture est apparue sur mon mur sur Pinterest, le titre m'a intrigué, la quatrième de couverture également.... 


Pourquoi j'ai adoré:


L'histoire est racontée par un Henry vieillissant qui replonge dans les souvenirs de cette terrible année 1927. Avec nostalgie et culpabilité il se rappelle l'adolescent qu'il a été, épris de liberté, aspirant à vivre passionnément, bien loin de cette ville à la morale étriquée et de cette famille conventionnelle.
Il va être le témoin de la rencontre entre Mlle Channing, jeune femme libre, belle et indépendante, et de M. Reed, être énigmatique, ombrageux, blessé par la vie... Entre eux deux va naître une passion qui va enflammer l'imagination d'Henry, voyant dans ces deux être les héros romantiques, symboles de la liberté dont il a toujours rêvé. Jusqu'au drame...
Roman haletant, extrêmement bien construit l'auteur ne s'est pas contenté de nous raconter le drame qui s'est noué à Noir-Etang, il nous parle aussi de nostalgie, de relation père-fils, d'adolescence... 
L'écriture de ce roman est originale, dès le départ on sait qu'il s'est passé quelque chose de tragique, on connaît les responsables mais le reste nous échappe. L'intrigue est dévoilée de manière détournée, lentement, pages après pages, distillée à petite dose jusqu'au point final 
C'est terriblement efficace!

Citations:


"Une phrase me frappa à jamais: La vie ne vaut d'être vécue qu'au bord de la folie. Je me souviens qu'une exaltation farouche gonflait mon cœur à mesure que je lisais et relisais cette phrase dans ma chambre, et qu'il me semblait qu'elle illuminait tout ce que j'avais ressenti jusqu’alors. Aujourd'hui encore, je suis frappé de constater que nulles ténèbres n'avaient jamais surgi d'une flamme aussi vive."

"Je connaissais parfaitement l'idée que mon père se faisait du bonheur, les satisfactions qu'il signifiait pour lui: une vie marquée par des événements prévisibles et de faible portée, étriquée et sans inspiration, pâle compensation aux aspirations plus profondes et plus insistantes qui devaient bien le tenailler de temps à autre"

"L'art c'est comme l'amour; c'est tout ou rien"

"Pour être peintre ou sculpteur, dit-elle, il faut modifier ses sens. Les inverser de façon à voir avec les doigts, et à toucher avec les yeux"

"Un amour ne peut naître que d'un amour qui se meurt"

"Durant les années qui ont suivi, j'ai considéré que l'affaire de Chatham School était (...) une chose qui avait fleuri brièvement, exhalé un parfum exquis puis, en instant déchirant, tout réduit en cendres" 



Et vous, qu'en pensez vous?

vendredi 25 mars 2016

Bébés chouettes - Martin Wadell, Patrick Benson



Quatrième de couverture:


Toutes les chouettes réfléchissent beaucoup, même les bébés chouettes comme Sarah, Rémy et Lou. Et c'est la nuit qu'ils réfléchissent le plus, quand il fait noir, qu'ils sont seuls, et que leur maman chouette n'est pas encore rentrée...


Mon avis:


Un livre captivant et plein de tendresse.
Au fil des pages, les bébés chouettes réfléchissent sur les raisons de l'absence de leur maman. On les suit dans leurs interrogations, leurs angoisses... Le texte est simple et bien rythmé par des phrases répétitives que l'enfant pourra retenir. Les illustrations sont richement détaillées et l'expression des chouettes tellement réalistes témoignant de leur inquiétude puis de leur soulagement lorsque leur maman rentre (désolée pour le spoiler, mais vous imaginez bien que ce livre entrant dans la catégorie littérature jeunesse, ça ne pouvait que bien se terminer!)




Ce livre aborde le thème de la séparation. Il est censé aider l'enfant à surmonter cette étape angoissante. En ce qui nous concerne.... c'est pas encore gagné puisque chaque fois que je dépose la crevette chez sa nounou, c'est le drame! 
Enfin, ce livre génial aborde un thème qui m'est cher: la famille, ensemble nous avons moins peur.

L'avis de la crevette:

C'est certainement son livre préféré car elle me l'amène plusieurs fois par jour. J'ai beau le cacher parmi les autres livres, c'est celui là qu'elle veut. (mettez vous à ma place, au bout de 3 lectures de Bébés chouettes, même si j'adore ce livre, j'aimerais bien changer un peu!)

Une chouette histoire!!!



Et vos enfants, ils en pensent quoi?

Le voyage d'Hector ou la recherche du bonheur - François Lelord






Quatrième de couverture:


Il était une fois un jeune psychiatre nommé Hector qui n'était pas très content de lui: il voyait bien que, malgré sa bonne volonté, il n'arrivait pas à rendre les gens heureux. Hector décide alors de partir courir le monde afin de comprendre ce qu'est vraiment le bonheur.
Pourquoi rêvons-nous souvent d'une vie plus heureuse? Trouve-t-on le bonheur dans la réussite ou dans les relations avec les autres? Dépend-il des circonstances ou d'une manière de voir les choses? Après bien des péripéties et des rencontres inattendues, Hector saura mieux répondre à ces questions...


Pourquoi j'ai choisi ce livre:


Sur les judicieux conseils d'une amie...

Pourquoi j'ai adoré:


Il était une fois Hector....
Voilà un livre atypique, écrit à la manière d'un conte, l'auteur parle ainsi à l'enfant qui est en nous.
C’est parfois un peu agaçant mais, c'est tout le talent de l'auteur, une petite phrase pleine d'humour et  nous retournons avec bonheur voyager avec Hector. Des phrases pleines de naïveté dénoncent les travers de notre société, ça nous fait sourire, ça nous fait réfléchir et nous ne pouvons rester indifférent. 
Partagez en voyage avec Hector, c'est un livre qui fait beaucoup de bien....

Citations:


"Hector lui demanda s'il avait des choses intéressantes à dire sur le bonheur, le vieux moine lui répondit: La première grande erreur, c'est de croire que le bonheur c'est le but"

"Faites très attention, quand des gens annoncent qu'ils vont faire le paradis sur terre, c'est presque toujours l'enfer qu'ils apportent."

"Leçon n°2: Le bonheur arrive souvent par surprise"



Et vous, vous en pensez quoi?

mardi 22 mars 2016

Gros câlin - Nicholas Oldland



Quatrième de couverture:


Il était une fois un ours plein d'amour et de joie. Il avait tellement d'amour à donner qu'il faisait un câlin à tous ceux qu'il croisait. Mais voici qu'un jour, il aperçut un homme armé d'une hache. Et subitement, l'ours sentit la colère monter...


Mon avis:


Venez faire la connaissance de cet ours amateur de câlin à travers cette histoire rigolote.
Derrière le message écologiste, se cache une histoire pleine de tendresse. Les illustrations sont amusantes et on ne peut s'empêcher de sourire lorsqu'on voit la tête du lapin ou du castor recevant leur câlin.
Un livre qui met de bonne humeur et donne une envie irrépressible de distribuer des câlins à tout le monde!

L'avis de la crevette:
La crevette fait aussi des câlins à tout le monde, à ses parents, sa nounou, aux poupées, aux peluches, aux coussins, aux livres, aux chats, aux rouleaux de papier toilette....
Est ce parce qu'elle se reconnait dans ce personnage qu'elle aime tant ce livre?
Il fait partie de ses préférés c'est sûr!



Et vos enfants, ils en pensent quoi?


vendredi 18 mars 2016

Le général du Roi - Daphné du Maurier







Quatrième de couverture:


Quel rôle reste-t-il à la femme quand les hommes sont en guerre? C'est à cette question , veille comme Homère, que répond ce roman violemment secoué par l'Histoire (nous sommes dans l'Angleterre du XVIIe siècle, en pleine guerre civile). Un livre publié en 1945 et composé dans l'urgence... au sortir d'une tout autre guerre. Soit une sorte de récit de cape et d'épée subtilement dévoyé... L'héroïne en est une femme, et les hommes - même quand ils sont dans le "bon camp"- sont loin d'y avoir le beau rôle. Mieux (ou pis), la jeune femme en question, qui cultive un goût de la liberté ignorant tout entrave, se trouve dès le début du livre et jusqu'à la fin de tout condamnée à l'immobilité d'un fauteuil d'infirme.... Une troublante méditation sur la fidélité et l'honneur, qui poussés à leur extrême n'hésitent pas à courir le plus beau risque: celui de l'indignité. L'un des plus grands Du Maurier!


Pourquoi j'ai choisi ce livre:

Je suis tombée un peu par hasard sur le téléfilm tourné par Nina Companeez qui est la libre adaptation de ce roman. Cette histoire m'a envoûtée, romanesque à souhait, portés par des interprètes magnifiques (Samuel Le Bihan et Louise Monot). J'avais évidemment lu "Rebecca" de Daphné du Maurier et j'avais été emballée. J'étais curieuse de savoir comment l'auteur avait pu passer du roman policier au roman historique et écrire cette magnifique histoire d'amour. Pour la petite anecdote; le film situe l'histoire pendant la guerre de Vendée, le roman pendant la première révolution anglaise.


Pourquoi ce livre fait il partie de mes coups de cœur:


Daphné du Maurier m'a emmené jusqu'en Cornouailles.
Le paysage est un personnage à part entière, j'ai senti le vent des tempêtes, humé les embruns... L'héroïne, Honor, femme de caractère, forte, fière, intelligente, est amoureuse d'un homme, le général du Roi Richard de Grenville qui ne manque pas de panache et d'ambition, mais aussi d'orgueil et de cruauté, Malheureusement la malchance et les horreurs de la guerre les empêcheront de vivre pleinement leur histoire. Honor restera malgré tout l'éternel soutien de Richard.
La guerre est la toile de fond de ce roman, mais pas de champ de batailles, seules sont décrites ses conséquences sur la population et sur les perdants.
J'ai découvert cette partie de l'histoire de l'Angleterre et j'ai, depuis, envie d'en savoir plus.
Roman passionnant, il fait partie des inoubliables...


Citation:


"Si nous avions été mari et femme, ou amants véritables, j'aurais pu, peut être, dans cette intimité de tous les instants, lui permettre de se reprendre, l'adoucir. Mais le destin avait fait de moi guère plus qu'une ombre dans sa vie, un fantôme de ce qui aurait pu être. Il était venu cette nuit parce qu'il avait besoin de moi. Mais ni larmes, ni protestations, ni assurance d'amour et de tendresse éternelle ne l'empêcherait de courir après son étoile, au malheur."



Et vous, vous en pensez quoi?

lundi 14 mars 2016

Le ciel est immense - Marie Sabine Roger



Quatrième de couverture:


Elle a échoué à l'hôtel de la Plage comme portée par la dernière marée. Et le ressac l'a laissée là, coquille vide.
Souffrir, c'est vivre encore, peut être. Cette vie là, elle n'en veut plus. Partir sur une dernière peine de coeur, prisonnière de ses non-dits, de ses pudeurs.
Mais voilà qu'un gamin la surprend dans sa dernière intimité. Tout est à refaire. Chaque jour, il revient, ce Petit Prince qui l'apprivoise. Ses questions l'obligent, malgré elle, à revisiter sa vie. Et avec lui, passe l'envie. Ou plutôt, revient.
L'envie de peindre un soleil couchant sur la surface même de l'océan. L'envie du bonheur....

Mon avis:

La narratrice a 59 ans et 8 mois. Elle sent son corps qui se fane, son cœur qui se lézarde. Elle ne veut plus continuer ainsi. Elle se rend dans un hôtel en bord de mer, écrit trois lettres et va sur la plage pour se laisser emporter par les flots. La rencontre avec un enfant va retarder ses projets. Ses échanges avec lui vont la faire replonger dans ses souvenirs, et ainsi reconsidérer sa vie d'une autre façon.
Voilà le premier roman de Marie Sabine Roger, paru en 2002. Comme c'est le premier, je lui pardonne ses maladresses. Ce qui m'a déplu: les dialogues avec l'enfant. Ils sont creux, pas assez travaillés. Peut être une façon d'exprimer la naïveté...
Mais dans cette courte histoire on retrouve l'écriture juste et poétique de Marie Sabine Roger. Il y a  de très belles phrases, parfois déprimantes quand elle évoque la vieillesse, parfois amusantes malgré la gravité du sujet.
A lire pour qui aime Marie Sabine Roger.


Citations:

"Et l'âme, en dedans, piaffe toujours, ne sait pas ce que vieillir veut dire."

"La soixantaine? Elle frapperait le glas des illusions. Autant s'y faire, la vieillesse ne s'arrangerait pas avec l'âge. Vieillir, c'était mourir à tout enchantement. 
Je me suis réfugiée dans tous les magazines qui m'assuraient pour quinze balles que cinquante ans c'est merveilleux. Que soixante ans sera meilleur encore. Et qu'à soixante-dix ans ce sera la fête, pour de vrai.
Ils n'osaient pas titrer: Vivement qu'on soit mort."

"Celui que j'aimais bien dans la Sainte Famille, c'était Joseph. Un brave type, pas bavard, un peu couillonné par l'archange Gabriel, mais qui acceptait ça avec philosophie. Il élevait patiemment son fils adoptif. Je le voyais très bien lui apprenant à scier des planches et à planter des clous - Gaffe tes doigts, petit!- pour qu'il ait un vrai métier, plus tard."



Et vous, qu'en pensez vous?

Beaucoup de beaux bébés - David Ellwand




Mon avis:

Voilà un très joli livre de photographies en noir et blanc de bébés dans différentes postures. Ces photos sont belles, touchantes et permettent d'aborder l'expression des émotions, des parties du corps...

L'avis de la crevette :


Elle adoooore !!! Surtout la dernière page qui réserve une surprise : un miroir dans lequel elle peut se regarder ! C'est qui le plus beau bébé ?

Un incontournable de la bibliothèque de bébé !


Et vos enfants, ils en pensent quoi?

jeudi 10 mars 2016

Un avion sans elle - Michel Bussi




Quatrième de couverture :


23 décembre 1980. Un crash d'avion dans le Jura. Une petite libellule de 3 mois tomlbe du ciel,orpheline. Deux familles que tout opposé se la disputent. La justice tranche : elle sera Émilie Vitral. Aujourd'hui, elle a 18 ans, la vie devant elle mais des questions plein la tête. Qui est elle vraiment ?
Dix-huit ans que Crédule Grand-Duc,détective privé, se pose la même question. Alors qu'il s'apprête à abandonner, la vérité surgit devant ses yeux, qu'il referme aussitôt, assassiné.
Il ne reste plus qu'un vieux carnet de notes, des souvenirs, et Marc, son frère, pour découvrir la vérité.

Mon avis :


Un livre addictif, il faut le reconnaître.
Dès la première page Crédule Grand Duc nous emmène dans son enquête, on émet des hypothèses avec lui jusqu'à la révélation finale. Les personnages sont un peu caricaturaux, Marc le tout gentil, Malvina la très méchante, Émilie la parfaite... J'ai trouvé également que l'auteur abusait du cliffhanger* et ça m'a quelque peu agacée car fait sans aucune subtilité.
Somme toute ce n'est pas de la grande littérature mais je n'ai pas lâché le livre du début à la fin, j'ai vraiment passé un bon moment.

* le cliffhanger est une technique de narration qui fait que le récit s'achève avant le dénouement final. C'est notamment utilisé dans les series TV pour nous tenir en haleine de la fin d'une saison jusqu'à la suivante. Je ne connais pas de terme équivalent en français, si vous connaissez merci d'éclairer ma lanterne !

mardi 8 mars 2016

CLASSEMENT PAR AUTEURS

A.
Isabelle Autissier - L'amant de Patagonie

B.
Raphaëlle Barbanègre - La folle aventure de Doudou à Paris
Alessandro Baricco - Soie
Katarina Bivald - La bibliothèque des coeurs cabossés
Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat - Et je danse, aussi
Martine Bourre - Alouette
Michel BussiUn avion sans elle


C.
Thomas H. Cook - Au lieu-dit Noir-Étang - Le dernier message de Sandrine Madison

D.
Grégoire Delacourt La liste de mes envies
Frédérique Deghelt - La vie d'une autre
Jean-Paul Didierlaurent - Le liseur du 6H27
Daphné Du Maurier - Le général du Roi - Le bouc émissaire - Ma cousine Rachel
Alexandre Dumas fils - La dame aux camélias
Duong Thu Huong - Terre des oublis


E.
David EllwandBeaucoup de beaux bébés
Giulia Enders - Le charme discret de l'intestin

F.
Fannie Flagg - La dernière réunion des filles de la station-service
Pete Fromm - Lucy in the sky

G.
Laurent Gaudé - Ecoutez nos défaites
Philippa Gregory - Deux sœurs pour un roi

H.
Paula Hawkins - La fille du train
Mei-Ling HopgoodComment les eskimos gardent les bébés au chaud

I.

J.

K.

L.
Patrice Lecomte - Elles sont parties pour le Nord
François Lelord - Le voyage d'Hector ou la recherche du bonheur

M.
Sam McBratney - Devine combien je t'aime
Liane Moriarty - Le secret du mari
Jean-Claude Mourlevat et Anne-Laure Bondoux - Et je danse, aussi

N.
Lawrence Norfolk - Le festin de John Saturnal

O.
Nicholas Oldland - Gros câlin - Un castor très occupé

P.

Q.

R.
Marie-Sabine RogerLe ciel est immense - Trente-six chandelles - Dans les prairies étoilées - Le vieil ogre 

S.
Eric-Emmanuel Schmitt - L'élixir d'amour - L'évangile selon Pilate
Giampaolo Simi - La nuit derrière moi
Kathryn Stockett - La couleur des sentiments

T.

U.

V.

W.
Martin Wadell - Bébés chouettes
S.J Watson - Une autre vie

X.

Y.

Z.

lundi 7 mars 2016

La liste de mes envies - Grégoire Delacourt



Quatrième de couverture:



Les femmes pressentent toujours ces choses là. Lorsque Jocelyne Guerbette, mercière à Arras, découvre qu'elle peut désormais s'offrir tout ce qu'elle veut, elle se pose la question: n'y a-t-il pas beaucoup plus à perdre?
Grégoir Delacourt déroule ici une histoire forte d'amour et de hasard. Une histoire lumineuse aussi, qui nous invite à revisiter la liste de nos envies. Adapté au cinéma et au théâtre, La liste de mes envies a connu un succès international.

Quelques infos:


Date de parution: 29/05/2013
Editeur: Le livre de poche
Pages: 192

Mon avis:


J'ai lu ce livre rapidement, c'est d'ailleurs le seul point positif que je lui trouve, il est court! 
J'ai l'impression d'avoir manqué quelque chose tant le sentiment que j'ai eu en refermant le livre est à mille lieues de ce que j'ai entendu dire à son sujet. Le style m'a profondément déplu, des phrases courtes qui se veulent percutantes, mais qui me donnent l'impression de lire une plaquette publicitaire. L'arnaque! Les personnages sont improbables, la fin ridicule et déprimante...
Je suis complètement passée à côté...

mardi 1 mars 2016

Comment les eskimos gardent les bébés au chaud - Mei-Ling Hopgood



Quatrième de couverture:


Journaliste et jeune maman, Mei Ling Hopgood s'est lancée dans un tour du monde des méthodes éducatives. Elle a interrogé des parents des cultures les plus diverses, des anthropologues, des éducateurs et des experts en puériculture...
Ainsi, les Chinois sont les rois de l'apprentissage de la propreté. Chez eux eu, le pot, ça commence à six mois! Quant aux Kenyans, ils portent leurs bébés sur le dos, sanglés dans des écharpes colorées. Et ce n'est pas seulement par tradition- essayez donc de manœuvrer une poussette sur les trottoirs défoncés de Nairobi! Les Français,eux, réussissent à faire de leurs bambins des gastronomes en culottes courtes. Toutes ces découvertes -  et il y en a bien d’autres - Mei-Ling Hopgood les a testées sur sa propre fille, dès la naissance. Et les résultats parlent d'eux- mêmes! Ce regard original sur l'éducation à travers les cultures nous offre non seulement la possibilité d'expérimenter certaines de ces traditions mais nous prouve également qu'il y a mille et une façons d'être de bons parents.

Quelques infos:


Date de parution: 17/01/2015
Edition: Marabout poche
Pages: 288


Mon avis 



C'est là où l'occidentale que je suis s'aperçoit que ce qui nous paraît tellement indispensable dans l'éducation de nos chérubins, l'est beaucoup moins dans d'autres cultures. (On peut trouver ici des arguments pour rabattre le caquet d'une grand mère un peu trop intrusive dans l'éducation de nos bambins "Oui mais chez lez pygmées on fait...!")
Certes, en lisant le chapitre consacrés aux petits Français, j'ai quand même trouvé pas mal de clichés, du coup je m'interroge sur la façon dont ont été traités les autres chapitres.
Néanmoins l'auteure semble s'être bien documentée. On trouve des infos sur le sommeil de l'enfant, l'école, les relations entre petits et grands, l'apprentissage du goût. Elle parle également de son expérience personnelle, c'est une maman qui parle avec les même questionnements, la même envie de bien faire... sans nous faire de leçon. 
Ce petit tour du monde a été agréable, instructif, drôle et déculpabilisant.
Un bon livre pour les parents et/ou les curieux!

Et vous, vous en pensez quoi?